AUTORAMA 2016

TEXTES ET PHOTOS : ALAIN LEMIRE                        PUBLIÉ LE 8 OCTOBRE 2016

Un évènement signé John Scotti et East Coast Cars

C'est avec l'habituel coup d'oeil d'en haut des escaliers que l'on fait son entrée à l'Autorama 2016. Ça donne l'envoi à une visite haute en couleur pour l'amateur de bolides de grosses cylindrées autant d'anciennes générations que de nouvelles.

 LES HOT RODS

Un style de véhicules très en vue lors des différentes éditions de l'Autorama, le fut encore cette fois-ci.

 

On a pu y voir des bolides telle qu'une Ford 32 à la couleur spectaculaire vert olive intégrant des particules métallisées dorées, d'un pur délice visuel lorsque vue au beau soleil d'Hawksbury quelques semaines auparavant. Cette voiture construite par Showtime Muscle Car fut sélectionnée dans le top 50 de l'Adirondack National tenu au Lake George recevant l'invitation d'exposer la voiture en compagnie des autres récipiendaires pour un ultime concours. L'auto fut aussi choisie par l'ISMA comme plus beau hot rod d'avant 1949 à Burlington.

 

Quelques autres beautés comme Viperized, un rat rod à l'allure militaire et le spectaculaire Low Rider Chevrolet 1951 vu en début d'année dans une exposition tenue à Laval y firent grande impression sans oublier Dixie, une sublime Chevrolet Impala 1959 bleue foncée construite par Le Car Shop.

 LES LOW RIDERS

 LES PONEY CARS

Une bonne sélection de "pony cars" fut partie intégrante de l'Autorama 2016 telle une Plymouth Barracuda cabriolet de 2è génération que je voyais pour la première fois brillait de tous ses feux.

 

Deux Mercury Cougar Eliminator firent belle impression de leurs couleurs respectives orange et bleu pâle. Une surprise de taille attendait l'amateur de Pontiac Trans Am dans l'espace des Rebel Ridez, une Trans Am 10th anniversary edition.

 

Une Camaro de génération récente blanche et orange vue à quelques reprises aux soirées rencontre de Laval Auto Sport fit le déplacement de l'Outaouais pour ceuillir le premier prix de sa classe.

 

Une Shelby GT500 aussi un modèle récent de couleur rouge foncé rarement vue fut aussi admirée des fans de Ford.

 UNE CHALLENGER AUX ALLURES FÉMININES

Une autre des surprises de l'Autorama fut d'y voir une Dodge Challenger rose et noire. On ne se doute pas du sexe de la propriétaire! L'harmonisation du noire avec le rose y est tout a fait réussi!

 

En me dirigeant vers cette voiture, je croisa Camille Proulx, une pinup très amoureuse du rose. En lui demandant ce qu'elle aimait de la voiture entre sa couleur toute féminine ou du fait que c'était une Challenger, elle m'a dit que la 2è réponse fut la bonne à donner à ma question. La propriétaire a trouvé ma question bien comique!

 UNE BOSS 302 D'INSPIRATION TRANS AM

L'Autorama nous a fait la surprise de nous présenter en première, la BOSS 302 1970 #16 de George Follmer en version de route.

 

Imaginé par son propriétaire, Raynald Bélanger, cette BOSS reprend un bon nombre de caractéristiques de la voiture de course de l'époque. Il m'a dit que la voiture d'origine fut une carrosserie 1969 à laquelle le devant et l'arrière de 1970 avaient été changé afin de refléter l'image de la BOSS 302 commercialisé en 1970.

 

La voiture possède la livrée de compétition de la dernière course de la saison 1970 tenue à Riverside, Californie . Même le casque est lettré de la même manière que celui du pilote en 1970.

 LES MUSCLE CARS

On y retrouvait une belle panoplie de "muscle cars" durant cette édition de l'autorama de Montréal.

 

La toujours belle Chevelle SS 1968 d'un rare bleu pâle et toit blanc, un régulier des soirées rencontre du Julep s'y trouvait, ainsi qu'un couple de Pontiac Beaumont des années '66 ou '67 de couleur vert métallique. Le couple en question était composé d'un cabriolet et d'un coupé.

 

Une Buick Grand National bien épicée et une Charger au look des années 70 interprétée divinement sur un châssis d'une Chrysler 300 y firent belle figure.

 LES CORVETTE

Toujours présentes, surtout dans la zone du club montréalais Rebel Ridez, les Corvette étaient en montre sous différentes formes et générations.

 

Que ce soit à titre d'un spectaculaire "dragster" d'une voiture de l'année toute noire, incluant les roues et les portions chromées des emblèmes ou d'une Corvette combinant 2 époques, moderne de son intérieur et de la 2è génération de par sa carrosserie remaniée afin de s'harmoniser avec la structure moderne de la voiture utilise.

 LES SPORTIVES

Pas une, mais 2 représentantes de la marque Sunbeam soit une Tiger à moteur Ford (entre 4.3 et 4.7 L selon l'année) et une Alpine è motorisation plus modeste (1.4 à 1.7 L selon l'année) furent aperçues sur le plancher du Stade Olympique.

 

C'est la première fois en 3 ans que je vois ces modèles de voitures anglaises à l'Autorama. Ça vaut la peine d'être souligné!

 

Une Ferrari Testarossa typique des années 80 nous rappela son apparition au salon de l'auto de Montréal au milieu des années 80.

 RETOUR VERS LE FUTUR

Pour la 3è édition de l'Autorama, on  pouvait y faire un voyage dans le temps avec l'installation en évolution de la zone décoré sous la thématique de la trilogie bien connue.

 

Une mise en scène très crédible inspiré du 3è film relatant les décors d'époque western nous attendait. Les fans ont pu se faire photographier dans un costume inspiré par celui porté par Marty Mcfly lors de son duel au soleil de 7:00 du matin!

 LES CLASSIQUES

L'absence de Stéphane Dumaine cette année a réduit un peu mes attentes. Il y avait par contre une belle Buick Lesabre noire convertible et une terrible Mercury Marauder rouge foncé au toit de vinyle noir qui a la puissance d'une voiture musclée.

 

Le retour de la collection du Concorde et l'ajout de celle de John Scotti allaient rehausser le nombre de voitures classiques à voir.

 LA COLLECTION HOTEL LE CONCORDE

Aussi pour une 3è année, le propriétaire de l'Hôtel Le Concorde de Québec nous présenta quelques merveilles de sa collection. Une sublime Dodge rouge à toit blanc fut ma préférée de cette présentation. J'y ai même fait quelques photos avec 2 pinups!

 

La Chevrolet Impala 1965 décapotable turquoise fut une autre belle trouvaille à admirer. Les autres véhicules de la collection furent une Mustang Mach 1 1970, l'ex de Raynald Bélanger construite comme une neuve, une Shelby GT500 1968 d'un bleu d'azur et une Corvette Sting Ray 1963 coupé avec la fameuse vitre arrière divisée en 2.

 

Mon seul regret de cette présentation fut le manque de place. Ça aurait été intéressant d'y voir une ou 2 voitures en moins afin d'avoir plus d'esapce entre les véhicules, et de pouvoir mieux les admirer.

 

J'aurais positionner la Corvette de façon à voir la vitre arrière, permettant de montrer ce qui la rend si unique, surtout pour les gens pour c'est la première rencontre avec cette Corvette emblématique!

 LA COLLECTION JOHN SCOTTI

C'est toujours intéressant d'admirer une Shelby Cobra, surtout quand ça en est une véritable. On m'a dit qu'elle avait été acheté $50 000 durant les années 90 et revendu $1 200 000. La voiture s'en est alle retrouver son nouveau proprio après l'Autorama.

 

Dans cette collection, on y trouvait aussi 3 "pony car" de récente génération construite pour des fonctions de voitures de course d'accélération, un type de course très apprécié de M. Scotti.

 

Une superbe Chevrolet Imapala rouge à moteur 427 de la fin des années 60 y a retenu toute mon attention. Joliment coupé, cette voiture offre une allure spectaculaire. Une Chevrolet Belair 1962 fut très apprécié de mon ami Jean Lesage de par la rareté du modèle et de sa motorisation épique!

 

Une Chevelle SS bleu pale en version cabriolet fit une belle présence dans cette collection. Une idée comme ça M. Scotti!

 

Pourquoi l'an prochain ne pas présenter des véhicules d'une seule couleur? Ça pourrait être intéressant de voir que des voitures rouges ou des noires! Ça ferait jaser les visiteurs en tout cas!

 LES BOLIDES DE COURSE

Il y en avait pour tous les goûts de ce type de voiture, que ce soit des stock-cars dont celui d'Andrew Ranger, une Camaro utilisée lors de courses d'accélération, elle fut construite sur une période de 10 ans par des étudiants en mécanique automobile de la rive sud.

 HAPPY MOBILE

Signe des temps, une voiture dont les couleurs vives représentant la diversité sexuelle et des genres fut réalisée dans en soutient à la Fondation Emergeance. Une Chevrolet 1948 fut utilisée comme support par l'artiste française Kashink afin d'y peindre à l'aide de canettes aérosol, une oeuvre de style pop art.

 LES CAMIONS

Quelques camions étaient en exposition à l'occasion de l'Autorama. Les versions modernes étaient de dimmensions pas mal exubérantes.

 

On a qu'à ce fier au Ford blanc, au Chevrolet blanc à double roue arrière ou à un autre Chevrolet bleu fini satiné ayant des illustrations de bandes dessinées à l'intérieur des roues et sur le bord de la boîte, ce qui a bien fait vibré ma fibre artistique.

 LES MOTOS

De mémoire, ce fut l'année durant laquelle le plus de motos furent exposées durant l'Autorama de Montréal. Ils sont généralement des chopper dignes du Bike and Tattoo.

 

Une moto sport fut aperçue en compagnie d'une Nissan 350Z rouge et doré, couleur emblématique d'Iron Man. Une motoneige fut aussi en exposition ayant à son guidon, un squelettique individu probablement mort de froid...

 LES TUNINGS

Contrairement à la génération des "baby boomers" les proprios de voitures "tuning" font évoluer les bolides au rythme de leurs idées créatices comme Véronique Bouchard, une propriétaire d'une BMW Z3 et fondatrice des Ladies on Wheels qui fit repeindre sa voiture 4 fois lors des 4 dernières années. La couleur de cette année fut un choix très réussi en combinaison avec le rose des bancs. Ça lui a valu le premier prix dans sa classe, elle qui n'avait pas gagné l'an dernier avec une carrosserie blanche!

 

2 Nissan GTR arborant un kit de carrosserie Liberty caractérisé par des ailes élargies imposait leur présence. Une des 2 voitures se retrouvera au SEMA show sous une autre couleur.

 

Les voitures "tuning" se comptaient par dizaines et semblait supplanter les "muscle cars" de par leur nombre. Comme quoi les jeunes sont très présents quoi qu'en dise certains prétextant que l'Autorama, c'est un show de muscle car et de hot rod.

 LES GRANDS GAGNANTS

Les prix furent remis en 2 temps cette année. Environ 200 plaques l'ont été le samedi et les necs plus ultra le fut le dimanche. Dans ces prix il y a les plaques de la série "outstanding" et les plaques vitrés de la série "Best".

 

Michel Filiatrault s'est vu remettre le prix pour meilleure restauration pour sa Camaro Z28 1972. Les autyres prix de la série "Best" sont: "Best Rod" remis à Louis Lafleur pour un Ford T-Bucket 1923, "Best Street Machine Competition" remis à Gérard Millette avec un dragster Corvette 1963, "Best truck" fut remis à Eddy Tassi avec un camion Chevrolet 1951, "Best custom" fut attribute à Neil Blackie avec un Nova 1966 rouge et le "Best Bike" fut remis à Louis Lafleur.

 

Chantal Lafleur s'est vu remettre 5 plaques de la série Outstanding pour sa magnifique Ford 1932 soit le Individual Outstanding Display, undercarriage, paint, engine rod, interior. Le prix "rising star", fut pour une 2è année consécutive, remis à une membre des Ladies on Wheels avec une Subaru BRZ de couleur turquoise.

 

Une question comme ça, à quoi servent les plaques "class winner"? Aux olympiques ont donne 3 médailles, celle d'or et les 2 autres...

 AMBIANCE

 FAITES MOI PART DE

 VOS IMPRESSIONS AU

 SUJET DE CETTE ARTICLE

Commentaires : 1
  • #1

    Chantal Danis (samedi, 08 octobre 2016 18:17)

    Je me suis rendu sur ta page et j'ai eu la surprise de voir un mini paragraphe sur ma challenger Noir et rose. Merci :)